9.19.2018

Le mercredi c'est nervi!

    Aujourd'hui avait lieu l'audition d'Alexandre Benalla devant une commission sénatoriale. C'est donc devant les petits marquis gériatriques que le Monsieur Muscle de la Macronie est venu faire claquer ses phalanges et remettre les pendules à l'heure.  Lui qui ne voulait pas aller passer son oral devant cette clique sous naphtaline a quand même du manger son casque et venir présenter ses plates excuses comme une collégien topé avec un joint sous le préau. Bah ouais le meilleur gendarme de France bien loin dans le game devant David Lansky est peut être un habitué du borderline avec les lois mais dans notre glorieuse république et surtout face à un battage médiatique des plus mérités il n'a pas eu d'autre choix que d'aller faire le mariole à son pupitre.
   
    Pour être clair la commission sénatoriale ne peut pas poser de questions sur des affaires judiciaires en cours donc c'est pas aujourd'hui qu'on en saura plus sur les violences contre des manifestants désarmés, sur ses armes plus ou moins autorisées, sur le contenu de son coffre-fort disparu dans une warp zone ou sur ses liens avec des pontes de la maréchaussée. Bref on loupe là le coeur du problème. Cette journée servait surtout à savoir comment ce clampin de zup avait pu toper l'ascenseur social pour avoir le droit de casser des chicos au milieu de la flicaille parisienne sans que ça ne dérange le moindre condé et comment il était devenu un srab de Jupiter, celui ci étant peu enclin à aller vendre ses t-shirts à 55 euros au marché de Cli-Cli.

   On aurait presque eu la larme à l'oeil en l'entendant énoncer son cv. Clairement sa passion c'est la sécurité, toute sa vie tourne autour et bien sûr ce milieu permet de rencontrer une belle bande de bras-cassés plus ou moins assermentés. Son ascension sociale voisine les zones d'ombres du PS puis de LREM!, Comme bien souvent le service d'ordre vit en quasi autarcie et est entouré de cette aura d'une violence fantasmée, Benalla solide t'as vu!

   Pourtant devant les sénateurs on a eu un autre rôle que celui du free fighter discount, celui du fidèle soldat des institutions françaises. Benalla se donne corps et âme pour la France, c'est beau, c'est grandiose, on aurait presque envie qu'il nous lance à l'assaut d'une tranchée teutonne tellement il a l'air de ne faire qu'un avec la vision sacrificielle du poilu enlacé dans le drapeau tricolore. Pourtant ce folklore d'opérette ne cache pas les actions de cet homme, il n'est que le reflet caricatural de ces gens qui profitent de leur poste, de leur place, pour s'octroyer des libertés extraordinaires. Petit personnage à l'égo surdimensionné qui se croit intouchable, défaut pathologique tellement présent parmi les goldens boys de la Macronie. Dès le départ d'ailleurs il s'excuse auprès du président de la commission qu'il avait injurié dans les médias. "On ne s'attaque pas aux hommes", quand Benalla dit cela, il ne pense bien sûr pas aux agressions qu'il a effectué mais bien à ce que représente les sénateurs...les élus...les élites. Il n'a de respect que pour ces hommes de pouvoir pas pour les clampins de la rue, le pouvoir attire le pouvoir et ceux qui l'ont ne peuvent que se respecter entre eux formant une espèce d'entre-soi de nantis.

   A l'Ouest donc rien de nouveau, les mass-médias considèrent que le réserviste Benalla a réussi son oral. Triste spectacle pourtant de ce fusible lâché par Jupiter et qui paradoxalement devient pour les élus macronistes le symbole d'une injustice, du lynchage médiatique. Vaste blague quand on voit comment les éditocrates se gargarisent de chaque fait et geste du président 2.0. Pathétique de voir des élites protéger de façon grotesque l'un de leur mercenaire. La loi du plus fort reste l'un des préceptes gravés dans le marbre rutilant du monde moderne de Macron.

9.15.2018

Benalla élu produit de l'année.

   Y a pas à dire, la Macronie c'est vraiment un monde nouveau, on a mis un bon coup de brosse magique sur la politique d'autrefois qui puait la corruption et la naphtaline et on l'a remplacé par un open space rempli de jeunes cadres dynamiques qui sont plus connectés qu'un enfant bulle pendant sa séance de perfusion. La start-up France a explosé les compteurs et ravis tous les coeurs, un peu aidé en cela il faut le dire par des médias complètement fanzouz de Manu et de ses élucubrations modernistes. Alors pourquoi en cette rentrée on sent comme une enlisement dans l'enthousiasme fanatique qui revient de droit à notre Jupiter hexagonal?

    Pour changer le vieux monde, notre président a du il est vrai faire un mercato des plus audacieux.
Outre une société civile omniprésente (pas la peine de vous enrôler chez Attac ou Greenpeace, pour Macron la société civile c'est du CSP++ qu'est cadre dirigeant ou chef d'entreprise), notre jeune prodige a du racler les bonnes âmes des anciens partis moribonds. Du coup malgré toute sa bonne volonté il a récupéré quand même une bonne brouette de boulets. Le meilleur d'entre tous c'est quand même Alexandre Benalla, je sais même pas quoi dire tellement le mec se suffit à lui même. Ce youtubeur de free fight discount, collectionneur d'armes et amateur de cache-cache de coffre fort est tellement au dessus du game que c'est lui qui mériterait d'être président. Malgré toute sa grandeur d'âme et la générosité qui le caractérise il va être obligé de se présenter devant les sénateurs. Pas de problème pour lui même s'il trouve que ces tocards sont un peu borderline avec son idéal démocratique. Au dessus du lot je vous dis! C'est peut être pas une affaire d'état mais ça secoue quand même bien les srabs de Macron car on est déjà à trois représentants influents de la Macronie qui commencent à se faire dessus devant les médias plus un petit coup de fil pas vraiment réglementaire du leader maximo au chef du sénat pour lui réexpliquer qui est le big boss de fin de niveau. Ca picote dans le service relation publique de l'Elysée. Pourtant Benalla va sauter comme un fusible et il ne mérite rien d'autre tellement il est à l'ouest mais le symbole des potos de Macron qui se croient autorisés à tout met quand même un peu de flou sur le sursaut salutaire promis par notre sauveur suprême.

   Mais un nervis même aussi mentalement instable que Benalla ne peut pas être à lui seul la cause de la dégringolade de Macron dans l'opinion de la populace. Le président des riches porte bien son nom et depuis son entrée en fonction il n'a eu de cesse d'exploser tout ce qui a été accompli en matière de droits sociaux depuis la fin de la seconde guerre mondiale. En bon suiveur des politiques de droite et de la social-démocratie il déboulonne tranquilou bilou ce qui faisait de la France un état plus social que beaucoup d'autres. Fonction publique, sécurité sociale, retraites, éducation... Le gazier se prend pas la tête et fait comme bon lui semble, le problème étant qu'il ne voit tout ça que de l'oeil de quelqu'un qui a de l'argent et les moyens de se passer des structures étatiques traditionnelles. Retraites complémentaires, écoles et cliniques privées, uberisation de la société... Il ne peut être que pour cette évolution vu qu'il a les moyens d'y accéder, quand à la majorité de la populace elle devra se contenter des restes des services vacillants d'un état qui souhaite devenir rentable. L'American dream bientôt présent dans tous les ghettos français. Ce système injuste qui en plus d'être une aberration économique est tellement représentatif du mépris de classe distillé par les clampins de la République en marche! Si t'as pas de fric c'est que t'es une merde. Simple et basique.

   Vu que dans neuf mois on a va avoir les élections européennes on commence à nous sortir les bons vieux sondages réalisés par les mêmes instituts/faiseurs d'opinion tant décriées dans leurs méthodes subjectives et qui donnent du grain à moudre à BFM TV et tous les éditocrates, pseudos experts et autres charlatans de fête foraine afin de nous expliquer que la Macronie malgré ses quelques défauts reste le seul et vaillant rempart face à l'extrême droite aux abois. Si déjà on parlait un peu plus d'économie que de migrants dans cette Europe peut être qu'on pousserait le clampin moyen à s'intéresser à ce regroupement hétéroclite qui ne prône qu'un libéralisme outrancier détruisant du même coup l'idéal de ceux qui croyaient naïvement à un rassemblement des peuples qui se pousseraient mutuellement vers des lendemains qui chantent. Mais non pour nos médias et pour Macron cette Union Européenne ultra libérale est la seule voie possible sinon on repart direct pour un Reich de 1000 ans avec croix hindoux et gamins qui font du tambour. Si l'extrême droite est dans une bonne phase en Europe c'est clairement à cause de la vision criminelle des politicards comme Macron qui détruisent les économies, réduisant du même coup les espoirs en l'avenir de peuples entiers. Le RN en France est en pleine léthargie et pourtant les sondages lui promettent un futur radieux, preuve s'il en est qu'il n'y a pas besoin d'être un génie en politique pour occuper perpétuellement les grilles de programmes médiatiques.

   La droite macroniste, véritable armée du capitalisme et l'extrême droite ont la même vision en ce qui concerne l'économie. En France depuis que Philippot a fugué, Marine est repartie dans le Tatchérisme que prônait son père où qu'applique le gouvernement actuel, c'est donc tout naturel que ces partis fassent le jeu médiatique des deux frères ennemis comme si l'électeur n'avait le choix qu'entre un unijambiste et un cul de jatte pour faire un concours contre Usain Bolt. 

   D'ici là nul doute que la Macronie sera nous régaler de nouveaux sketchs tellement c'est criant de voir qu'ils ne se sentiront jamais soumis à une quelconque auto-critique. Ces gens aussi fous soient il pensent être dans le vrai en ne défendant que les gens de leur classe. Ce mépris de la majorité d'un peuple même si celui ci est amorphe et obéissant est quand même un sacré pari sur l'avenir.

9.14.2018

Vincent Kessel

   Joseph Kessel a écrit une tonne de bouquins plus ou moins festifs, pas mal portent sur la guerre vu qu'il a été aviateur pendant la première guerre mondiale, ce qui est assez rare vu qu'à l'époque si t'avais pas le permis zeppelin t'étais pas prêt de prendre l'escalier vers le paradis et que pendant la seconde guerre il s'est engagé dans la résistance et a rejoint General Lee dans la perfide Albion, il aura même le temps d'écrire les punchlines du chant des partisans c'est dire si le mec est pas ambigu.

Le bataillon du ciel (1947)


   Un bouquin en deux parties qui relate le quotidien d'un groupe de parachutistes français qui ronge leur frein en Angleterre en attente du débarquement pour aller délivrer la mère patrie des fanzouz d'Ayoub et des croix hindous inversées. La première partie porte donc sur les entraînements et les sorties au pub dans une ambiance viriliste décomplexée. Tu te fais péta les chicos dans une bagarre et le lendemain tu te casses les genoux en tombant mal en parachute, la vie de para c'est bien cross fit quand même. La composition du groupe ferait penser à une blague de Gavroche: y a un breton, un boxeur, un canaque, un titi parisien... il manque plus qu'une pute et un rabbin et t'as le robinet à vannes qu'est ouvert pour la nuit. Notre joyeuse bande est réunie par la haine du fridolin et l'envie d'aller exploser tout ce qui parle avec un accent guttural dans notre bel hexagone. On y découvre les amitiés et les haines, sentiments exacerbés des soldats, les passions sont violentes dans une vie violente!

   La deuxième partie nous entraîne dans le feu de l'action, les chiens sont lâchés dans la campagne bretonne. le but de ce petit groupe est assez simple, foutre un bordel sans nom dans les rangs teutons et rallier les résistants qui attendent avec impatience la délivrance. On rentre dans un bouquin classique de guerre, les paras font de la guerilla leur marque de fabrique et on tente en même temps de dégommer le plus de chleus possibles dans cette partie de ball-trap aux règles assez simples. La violence des deux camps est sans appel, la guerre est dégueulasse, c'est la base.

   Un bon bouquin qui reste classique dans ce genre littéraire, ça se lit facilement et même si le prof de collège t'as spoilé la fin y a quand même quelques évènements auxquels tu t'attendais pas. 

Makhno et sa juive (1926)

    Badabing! le titre bien pute à clic! Kessel s'est fait plaisir de dire tout le mal qu'il pensait du célèbre  membre des bérus. Ce court bouquin est un réquisitoire en règle contre le héros ukrainien, pour Kessel, Makhno c'est un pirate en fourrure qui harangue les paysans et qui explosent des youpins dans la neige fraîche du matin. On a ici droit à l'ascension et la période faste de la Makhnotchina dans les steppes à pourchasser l'armée blanche , les soviets et surtout à terroriser les juifs qui se trouvaient sur le passage de la horde sauvage. Ce livre va créer une grosse polémique dans les milieux littéraires et historiens de l'époque tant on a du mal à trouver où Kessel prend ses sources. 

   A lire juste comme une violente critique du personnage si fantasmée qui mourra dans le déni dans le Paname populaire loin de l'exubérance et les frasques de son armée de va-nu-pieds qui arrivèrent à tenir tête à l'armée rouge et à l'armée régulière ukrainienne tout en ralliant les foules paysannes.

   On a au passage une histoire d'amour, syndrome de Stockholm puissance 1000 entre une jeune juive captive et un Makhno cruel et sanguinaire qui tombera amoureux de celle qu'il méprise. Comme pour le reste du bouquin on sent que Kessel c'est fait plaiz avec la réalité. 
   
   L'antisémitisme de Makhno a toujours été l'angle d'attaque de ses ennemis et pourtant rien de très concluant n'aura jamais été prouvé, si tu veux du zina en Ukraine c'est pourtant pas très compliqué à trouver

9.07.2018

Rends l'argent!

   

   Yolo, Nantes capitale du monde ma gueule depuis que François de Rugy, la star locale du retournement de veste de chez Salsa Nova est devenu ministre. Badabing! les pisse froids et les gauchistes encagoulés, la véritable écologie est en costard et sirote du champomy bio dans les strates de l'assemblée nationale. De Rugy c'est le sketch perpétuel de la trahison pour les nuls, les mecs qui lui font encore confiance doivent être les mêmes qui disent à Emile Louis de freiner dans le virage car sinon le petit va vomir. Avec lui c'est un festival sans gluten de l'enculage avec le sourire. 10 couteaux dans le dos de son meilleur srab, dédicace à Brutus qu'est même pas en chemise en carreaux flashy et le mec a encore le temps de balancer deux ou trois punchlines sur les daronnes obèses des potes qu'il vient d'abandonner avec perte et fracas. Il a pas hésité à faire des stages d'observations dans toutes les orgas les plus moisies de la gauche à papa. Des minis partis écolos rigolos jusqu'aux primaires du Parti socialiste tétraplégique il a roulé sa bosse sans bisphénol A en cherchant bien à s'incruster dans les carrés vip de ces assemblées de pieds nickelés suintant le bon sentiment mais surtout prêt à tout pour s'octroyer un pouvoir personnel. La politique c'est cool que si ça permet de devenir quelqu'un, rien à branler des petites misères de ce monde agonisant si t'as pas un chauffeur sans papier pour conduire ta berline électrique de fonction.

   Pour devenir un écolo solide il a été assez malin pour se mettre dans les groupes les plus rocambolesques de la politique hexagonale. Toute cette chienlit sèche qui forma jusqu'à peu la social-démocratie, ce terreau immonde qui se targuait d'avoir le sérieux d'un notaire de campagne pour gérer la vie de la populace mais qui n'a réussi qu'à rendre has been l'idéal de justice sociale. De Rugy c'est le noblaillon qui rêve d'être à la table des rois, pas de bol sa lignée c'est loin d'être Gilles de Rais du coup il s'est dit que la politique serait un bon moyen pour être autre chose qu'une cible pour les projectiles d'une classe de cm2. Parcours classique d'un mec qui sait ce qu'il veut sans se prendre la tête avec des états d'âmes, si y a moyen de prendre du grade, tu peux t'assurer que François va mettre la tête de ces comparses hydrocéphales sous l'eau et faire abstraction de toutes les théories farfelues qu'il avait pu professer. Du passé faison table rase. 

   Le seul leitmotiv auquel il est resté fidèle est de faire partie de cette frange molle qui rêve de consensus, Dhalsim sans la violence ça reste qu'un putain de hippy qui sent le curry et qui joue dans le groupe de Petit Willy.  Mais François est prêt à être dur pour que sa vision tempérée dirige le monde. C'est le type moyen, passe partout qui mérite d'être nulle part, il a l'avis de la majorité et ne mène pas de combat de front. Lisse, transparent, déchet recyclable que t'aurais mis dans le sac bleu, clairement le gars sert à rien. Paradoxalement c'est ce genre de type qui avance dans la société, bon soldat, bon mouton, toujours prêt à être du côté du plus fort mais sans passer pour un nervis à matraque, non lui a le swag du jean foutre, il suce tellement sa hiérarchie que ses bridges lui sont remboursés par le comité d'entreprise de sa boîte. C'est tout naturellement qu'en voyant le bateau PS/les verts rejoindre le Styx qu'il n'aurait jamais du quitter qu'il a eu la chouette idée de rejoindre le cirque Macron. Au paradis des guignols, les clowns sont rois, autant te dire qu'il a pas eu besoin d'avoir la fève pour avoir la couronne et fredonner le chants des camelots. Il a gravi les échelons plus vite que Benalla n'a mis à faire disparaître son coffre fort, les macronistes c'est des Sylvain Mirouf précoces, les magiciens de la dégueulasserie. 

   De Rugy est maintenant ministre de l'écologie, vaste blague qui sert d'alibi à tous les lobbys les plus improbables qui souillent notre contrée. Il est l'homme idéal pour ce rôle, il va nous abreuver de grands discours lénifiants sur la responsabilité, sur les grandes valeurs, il est l'archétype de la pétition avaaz, tu crois que ça part d'un bon sentiment mais ça finit toujours par être inutile, ridicule ou les deux à la fois. A Nantes le gazier est mieux payé que Frederic de Carglass tellement il s'est fait exploser les vitres de son local. Il est l'homme providentiel pour ce poste. Un sbire du libéralisme aux yeux larmoyants qui viendra nous engueuler pour notre conduite irresponsable quand tu balances une bouteille sur la maréchaussée plutôt que dans le bac prévu à cet effet mais qui dès le deuxième jour à son ministère rouvre le dossier de la montagne d'or en Guyane.


"Ecologisme ou gauchisme, il faut choisir" 
François De Rugy. Champion du monde du grotesque 2018.